Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Menu
  • img_slider_1.png
  • img_slider_2.png
  • img_slider_3.png
  • img_slider_4.png
  • img_slider_5.png

Opération « bol de riz » : Soeur Siham témoigne dans une école

Siham Baroud, appartenant à la congrégation internationale des soeurs du Bon-Pasteur, a témoigné de son parcours devant des collégiens qui ont pris part à l’opération solidaire bol de riz.

La pastorale du collège privé Frédéric-Ozanam, sous l’impulsion de Marie-Bénédicte Feildel, a organisé une opération bol de riz en faveur de la congrégation de Notre-Dame de charité du Bon-Pasteur, à Angers. Sa représentante, soeur Siham, a expliqué aux collégiens, qu’elle a rencontré division par division, à quoi serviront les fonds récoltés : au bon fonctionnement d’un dispensaire, à Mtein, au Liban, dont elle est originaire.

Soeur Siham maîtrise parfaitement la langue de Molière, et c’est avec seulement un léger accent qu’elle résume sa vie. Devant les élèves de 3e, elle a ses mots.

« Savez-vous ce qu’est une religieuse ? » Aucun élève n’ose répondre. Et d’expliquer que c’est à peine à l’âge des collégiens qu’elle a entendu l’appel de Dieu. Qu’à la suite d’un long cheminement, elle a choisi d’y consacrer toute sa vie. D’abord dans son pays, le Liban, où plus de quatre millions de personnes aux 18 cultures musulmanes et chrétiennes vivent ensemble, en rappelant au passage que Jésus y était venu.

Bien plus récemment, en 2012, le Pape Benoît XVI y a rencontré les Libanais à Beyrouth. « Pour ma part, j’ai vécu dans le village de Mtein et connu la guerre, de 1975 à 1991, et la reconstruction de ce pays long de 200 km. »

C’est à Mtein qu’a été créé, dès 1982, un dispensaire. « J’y ai travaillé avant de rejoindre la congrégation internationale des soeurs du Bon-Pasteur, en 1989. On y assure différents services médicaux : santé générale, soins dentaires, cardiologie, pédiatrie… Actuellement et avec la situation de guerre dans la région de Moyen-Orient, surtout en Syrie. Le nombre de patients augmente jour après jour, surtout des Syriens et des Irakiens. »

La religieuse estime à plus d’un million, le nombre de réfugiés ayant franchi les frontières pour vivre au Liban. Depuis août 2011, son lieu de résidence est à Angers – encore au moins jusqu’en 2016 – où elle a la charge d’aider les soeurs dans leur mission. Mais soeur Siham peut être appelée à regagner sa terre natale, ou partout ailleurs dans le monde où sa congrégation est présente…

Afin d’aider au bon fonctionnement du dispensaire, 275 collégiens et 55 primaires de l’école La Source, avec leurs enseignants et les représentants de la pastorale, ont participé à l’action bol de riz. Les bénéfices dégagés au restaurant scolaire La Mie de pain ont permis de remettre une enveloppe de 383 € à la congrégation.

Source : Ouest France du dimanche 5 avril 2015