Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

  • img_slider_1.png
  • img_slider_2.png
  • img_slider_3.png
  • img_slider_4.png
  • img_slider_5.png
Menu

Semaine Nationales Prison "Prison, vivre enfermé"

Elles sont à l'origine, une initiative de la FARAPEJ (Fédération des Associations Réflexion, Prison Justice) et sont organisées par le Groupe National de Concertation Prison qui regroupe l’Association Nationale des Visiteurs de Prison (ANVP), les Aumôneries Catholique, Protestante et Musulmane des prisons, la Cimade, la Croix-Rouge Française, la FARAPEJ, la FNARS, le Genepi, le Secours Catholique et l’UFRAMA.

Au 1er juillet 2016, 69375 personnes étaient détenues en France - record absolu - pour 58 507 places de prison existantes. Cette surpopulation carcérale a des conséquences importantes sur les conditions de détention des personnes même si dans l’esprit de la plupart de nos concitoyens (es), la peine de prison constitue encore la peine de référence.

Le  thème choisi cette année veut informer le grand public sur les réalités de l’enfermement carcéral et son impact sur les personnes détenues et leurs familles. L’objectif des Journées Nationales  est bien de changer le regard porté sur la peine et sur le sens de la détention, de faire découvrir que l’enfermement n’est pas seulement dû aux serrures et aux barreaux mais que les personnes détenues se découvrent enfermées et murées dans l’enfermement de la solitude, des regards qui pèsent sur elles, des jugements, d’une vie qui semble désormais sans espoir :  sentiment de nuit, de désespoir quand tout avenir semble compromis par le passé ; sentiment d’oppression, d’injustice , sentiment du « sans issue »…

Les événements organisés du 21 au 27 novembre par les Associations agissant dans et autour des prisons dans toute la France, ouvriront le débat sur les différents dimensions de l’enfermement : l’espace – le temps – le corps enfermé – et s’interrogeront sur l’usage  de la prison et les possibilités de sanctionner autrement.

En cette fin d’année de la Miséricorde, l’Evangile, Bonne Nouvelle pour les pauvres et les pécheurs  résonne particulièrement en prison, dans ce lieu où les personnes sont privées de liberté, portent le poids de leurs actes, se retrouvent souvent seules. Mais derrière les barreaux, ce sont des hommes, des femmes… vers lesquels le Pape François nous invite à aller : "Le Seigneur est proche, mais dites-le par les gestes, par les paroles, par le cœur, que le Seigneur ne reste pas à l’extérieur de leur cellule, ne reste pas à l’extérieur des prisons, mais qu’Il est à l’intérieur, Il est là. Vous pouvez dire cela : le Seigneur est à l’intérieur avec eux ; Lui aussi est un détenu, encore aujourd’hui, prisonnier de nos égoïsmes, de nos systèmes, de tant d’injustices, Aucune cellule n’est isolée au point d’exclure le Seigneur, aucune ; Il est là, Il pleure avec eux, Il travaille avec eux, Il espère avec eux ; son amour paternel et maternel arrive de partout ».

A cette occasion, le Groupe Prison vous invite à lire, méditer, prier le texte proposé par sœur Anne Baron  et à participer dans la mesure de vos possibilités à ce qui est proposé dans votre ville. Vous trouverez en pièce-jointe le flyer présentant la pièce de Théâtre : " Dis à ma fille que je pars en voyage", animation organisée sur Angers le 3 décembre (fin de la session des supérieures).

Merci de nous faire de nous faire un « retour » de ce que vous vivrez à cette occasion.