Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Menu
  • img_slider_1.png
  • img_slider_2.png
  • img_slider_3.png
  • img_slider_4.png
  • img_slider_5.png

La marche des survivantes - Mouvement du Nid, Strasbourg

Une initiative riche en émotion et en admiration que cette marche organisée par le Mouvement du Nid du Bas-Rhin à l’occasion des 170 ans de l’abolition de l’esclavage !

Une marche qui s’inscrit dans un programme déjà commencé, avec l’exposition « L’Envol » réalisée en collaboration avec Imagora, qui « tourne » déjà depuis plusieurs semaines, et qui nous était offerte sur les murs de l’Hôtel du Département de Strasbourg, où avait lieu la Conférence donnée par Grégoire Théry (CAP International) ce lundi 4 juin pour clore avec d’autres

La communauté de Strasbourg/St Pierre a pu soutenir cet événement au départ… et à l’arrivée !

Le 25 mai, les soeurs de N.D. de Charité du Bon Pasteur étaient présentes devant l’Hôtel du Département du Bas-Rhin, pour le départ officiel de cette marche. Amies, marcheurs, représentants des autorités également présents avant l’heure pour accueillir les courageux : 10 étapes, 300 kilomètres pour « rendre visibles ces femmes invisibles » et sensibiliser à chaque étape sur la prostitution et la traite des êtres humains.La marche s'est déroulée le long des sentiers de la Route des abolitions de l’esclavage : partants de Strasbourg, en passant par Molsheim, St Odile, Chatenois, Colmar, Fessenheim, Ensisheim, Thann, Belfort et terminant à Champagney.

La fatigue étaient ressentie, mais aussi la solidarité, la bonne ambiance, la fraternité. Une marche qui a « guéri » l’une d’entre elles de la traversée du désert pour rejoindre la Lybie, sans chaussures, sans eau ni nourriture, dans un environnement et avec des compagnons hostiles…

Grégoire Théry a brossé le tableau des aberrations d’une législation qui lutte contre la Traite des Etres Humains, mais n’y inclut pas la prostitution, à travers des « arrangements » bien pratiques pour continuer à satisfaire la demande de services sexuels. Plusieurs pays – dont la France - ont une législation abolitionniste, mais qui tarde à produire ses effets.

Rozen et ses amies envisagent une marche européenne, et pourquoi pas mondiale des Survivantes : à suivre !